Journée internationale des femmes : célébrer les soignant.e.s qui rendent l’espoir et la guérison possibles

International Women’s Day:

Toute histoire d’espoir et de guérison commence par une étape de foi. Peut-être qu’aucune étape n’est plus grande qu’une mère choisissant de faire confiance à un navire d’étrangers pour son enfant. En cette Journée internationale des femmes, nous célébrons les femmes qui, malgré des obstacles insurmontables, ont gardé l’espoir qu’un avenir meilleur est possible pour leurs proches.

Beaucoup de femmes ont déjà subi l’un des destins les plus durs qu’on puisse imaginer. Elles ont dû regarder leur proche souffrir d’une maladie tout en étant impuissantes pour les traiter, ce qui signifie souvent quitter l’école et subir les moqueries des autres. Pourtant, nombre des histoires de transformation que nous rencontrons commencent de la même façon : avec une femme qui refuse d’accepter qu’une vie avec des limites est le seul avenir pour leur enfant. Quelle que soit la distance ou l’ampleur de leurs craintes, l’espoir de guérison en vaut la peine.

Des femmes se sont battues pour voir leur enfant guérir de cécité, des femmes qui sont restées aux côtés de leur enfant à chaque étape d’une difficile réadaptation à bord, voici quelques-unes de leurs incroyables histoires.

Confort

Lorsque Confort a entendu les cris perçants de sa petite fille, Gamai, une matinée normale s’est transformée en cauchemar maternel. Gamai, âgée d’un an, avait renversé une casserole d’eau bouillante, ce qui lui avait causé des brûlures atroces sur le haut du corps.

« Mon imagination m’a emmenée dans des endroits où une mère n’ose pas aller », a déclaré Confort. « Je suis tombée par terre en serrant mon bébé dans mes bras. »

Après une visite à l’hôpital local, Confort n’a pas pu se permettre de payer des soins médicaux autres qu’une pommade pour traiter la douleur de son bébé.

Au cours des années suivantes, Confort a vu les complications des brûlures de sa fille entraîner une contraction de la peau, limitant la mobilité de ses mains et de ses bras. Pour la protéger des moqueries des autres, Confort a décidé de mettre Gamai à l’abri du monde extérieur. Les deux femmes sont restées ensemble à la maison tous les jours, ce qui a causé un grand chagrin à Confort : « Je suis devenue très triste et furieuse que ma fille grandisse ainsi, cachée du monde. »

Mais Confort ne voulait pas que ce soit la fin de l’histoire de Gamai. Lorsqu’elle a appris qu’un bateau de Mercy Ships allait venir en Guinée pour effectuer une opération chirurgicale qui allait changer sa vie, elle a amené Gamai, âgée de 4 ans, avec un espoir pour elle d’avoir un avenir différent.

Le chemin du rétablissement n’a pas été facile. En fait, la chirurgie et la rééducation postopératoire ont été incroyablement douloureuses pour Gamai. L’écoute des pleurs de sa fille lui a rappelé des souvenirs marquants de l’accident. Mais Confort n’a jamais abandonné : « Ça me fait mal de l’entendre souffrir, mais je sais que c’est pour son bien. »

Des mois plus tard, les mains et les bras de Gamai étaient libres de bouger, et elle était libre de vivre sa vie en dehors des portes fermées, sans peur ni douleur. « Je suis heureuse que le fait d’être cachée ne soit pas l’avenir de ma fille », a déclaré Confort.

Gamai
Gamai, patiente en chirurgie plastique, aide sa mère Confort à faire la lessive et joue à la maison après l’opération.

Fatmata

Aicha n’avait que quelques mois lorsque sa mère, Fatmata, a remarqué les signes révélateurs d’un problème de vision chez son bébé. Au moment où elle a commencé à ramper, des cataractes visibles ont commencé à apparaître dans les yeux d’Aicha.

Pour Fatmata, le chagrin d’avoir une fille aveugle était associé à l’impuissance de ne pas pouvoir se payer une opération pour l’aider. Elle travaillait tous les jours au marché, Aicha étant bercée sur le dos, et entendant les gens traiter sa fille de sorcière.

Même si Fatmata avait peur de laisser des étrangers toucher Aicha, elle a décidé que son espoir de guérison était plus fort que sa peur de l’inconnu. Elle a décidé d’emmener Aicha à un examen des yeux de Mercy Ships, où on leur a dit qu’elle avait une place pour une opération de la cataracte.

Après l’opération, la peur de cette mère a été remplacée par une grande joie lorsque sa fille a commencé à sourire et à se promener, en regardant sa mère pour la première fois.

« Elle était comme une nouvelle personne. Elle dansait et riait… Elle était malade et maintenant elle est guérie. Je n’ai pas de mots pour exprimer à quel point je suis heureuse. »

International Women's Day - Aicha and Fatmata
Aicha, patiente en ophtalmologie, avec sa mère Fatmata après son opération.

Mariam

Mariam, une femme d’affaires guinéenne, traversait un village quand elle a vu une petite fille, Tene, jouer au bord de la route. La première chose qu’elle a remarquée, c’est le sourire conquérant de Tene. La deuxième chose qu’elle a remarquée, c’est la jambe gauche de Tene, qui était incroyablement enflée, rendant la marche de la petite de trois ans difficile.

Mariam a appris plus tard que cette affection était causée par une bande amniotique – de fins brins de tissu qui s’enroulent autour des parties du corps pendant la grossesse, limitant la circulation sanguine et affectant la croissance des membres.

« J’étais vraiment triste… C’était la première fois que je voyais ce genre de maladie. Ce n’est qu’un bébé », a déclaré Mariam.

Même si la petite fille était une étrangère, Mariam ressent un désir instinctif de l’aider. Elle a entendu dire que l’Africa Mercy était en Guinée et offrait des opérations gratuites. Bien qu’elle ne parle pas la même langue, Mariam a fait venir Tene et sa mère chez elle, les hébergeant pendant des semaines en attendant un rendez-vous pour une opération. Une fois que Tene était à bord pour se remettre de son opération, Mariam est venue lui rendre visite et jouer avec elle. Des mois plus tard, lorsqu’il était temps pour Tene et sa mère de rentrer au village, Mariam leur a fait signe de partir à la gare routière, les larmes aux yeux. La gentillesse d’une étrangère a donné à Tene une chance de vivre une nouvelle vie et d’envisager son avenir avec confiance.

International Women's Day -
Tene, patiente en chirurgie plastique, avec Mariam, qui l’a amenée de son village à Conakry pour y être opérée.

Françoise

Françoise a vécu une expérience qu’aucune mère ne devrait avoir à subir. Elle a vu son nouveau-né, Paul Pascal, approcher chaque jour un peu plus du seuil de la mort. Né avec une fente labiale et palatine, Paul a lutté pour boire du lait et est tombé à un poids dangereusement bas. « Nous avions tellement peur… nous pensions qu’il allait mourir », a déclaré Françoise. Elle restait éveillée avec son nouveau-né affamé nuit après nuit, le berçant alors qu’il pleurait, essayant désespérément de le nourrir, luttant pour sa survie.

Lorsque l’Africa Mercy est arrivé au Cameroun, Françoise a précipité son bébé sur le bateau pour chercher de l’aide. Le personnel médical l’a amené à bord avant même que l’hôpital ne soit officiellement ouvert pour lui offrir les soins critiques dont il avait besoin. Ses larmes de peur se sont transformées en larmes de joie alors que son bébé s’épanouissait devant elle, ses joues se remplissant lentement et ses cheveux devenant épais et sains, jusqu’à ce qu’il soit assez fort pour subir une opération de fente labiale et palatine.

Lorsque le bateau a quitté le Cameroun, Françoise célébrait un événement qu’elle n’aurait jamais cru voir : le premier anniversaire de son bébé. « Le Seigneur a changé la vie de Paul et lui en a donné une nouvelle ! »

International Women's Day -
Paul Pascal, patient maxillo-facial, sur le quai avec sa mère Françoise après les deux opérations.

Célébrer la force des femmes dans le monde

Chacune de ces histoires est unique, mais ces femmes ne sont pas seules. L’histoire de Mercy Ships est remplie de femmes courageuses, fidèles et patientes qui n’ont jamais perdu espoir pour leurs proches. L’espoir de voir leurs enfants marcher sur des jambes droites, de voir pour la première fois, ou de sourire sans aucune limite. Elles mettent tout en jeu pour confier la vie de leurs enfants à des étrangers – et par conséquent, nous sommes en mesure de voir des vies transformées pour les patient.e.s, les familles et les communautés entières.

Nous pouvons toutes et tous nous reconnaître dans les histoires de ces femmes. Il faut de la conviction et du courage pour trouver de l’aide pour ses proches, quels que soient les obstacles. Nous partageons tous la volonté de plaider pour un avenir meilleur et une meilleure qualité de vie pour nos famille et ami.e.s.

En cette Journée internationale des femmes, joignez-vous à nous pour célébrer les femmes qui composent nos histoires, luttent pour le changement et inspirent à la transformation.

Africa Celebration

L’Africa Celebration est un moment de pause et de remerciements pour 30 années de partenariat, remplies d’histoires d’espoir et de guérison.

Sokhna

L’Africa Mercy accueille les premiers patients à bord

Il y a deux ans, lorsque l’Africa Mercy a quitté le Sénégal, des centaines de patients attendaient toujours leur chance d’être opérés.

Le 1er février, le navire est revenu au port de Dakar pour apporter espoir et guérison à ces patients et à leurs familles.

Articles connexes