Heather Bos, assistante en approvisionnement hospitalier

Cinq mois avant de monter à bord, Heather Bos ne savait même pas que Mercy Ships existait. Mais ses proches ont rapidement remédié à cela : ils savaient qu’elle serait intéressée, étant donné sa nature décontractée, son esprit d’aventure et son amour pour les gens.

Son expertise médicale a été la cerise sur le gâteau, faisant de Heather un ajustement naturel. À la maison, Heather travaille comme assistante en physiothérapie – un métier qu’elle aimait immédiatement. À bord, elle travaille en tant qu’assistante en approvisionnement hospitalier : elle est chargée de veiller à ce que l’hôpital soit bien approvisionné en produits de première nécessité : des tampons de culture et des trousses de démarrage intraveineux aux cathéters et masques à oxygène.

Heather se réveille chaque matin avec l’impatience d’aller travailler.

« C’est différent ici [que chez nous], parce que tout le monde veut être ici. Personne n’est payé : tout le monde fait son travail parce qu’il le veut. »

 Heather aime aussi la culture du travail :

« Personne ne prend le pire quand on fait une erreur – c’est incroyable. »

C’est la première fois qu’Heather part en Afrique, c’est aussi la première fois qu’elle voyage seule. Étonnamment, la transition à la vie à bord a été un jeu d’enfant.

Pour beaucoup de gens, faire du bénévolat sur un navire-hôpital en Afrique pourrait être une aventure, mais pas pour Heather. Quand elle a entendu parler d’une occasion de visiter la prison pour femmes locale un samedi matin, elle est arrivée prête. « Allez-y ! », a-t-elle dit à un autre membre de l’équipage après son retour dans l’après-midi.

L’esprit d’aventure de Heather est contagieux. Alors que se passera t-il après ? Après avoir quitté le navire, Heather continuera à travailler comme assistante en physiothérapie au Canada. Elle aime le travail et peut devenir formatrice personnelle. En ce qui concerne l’implication avec Mercy Ships, c’est à l’horizon : 

« Voir la communauté ici m’a fait penser que j’aimerais pouvoir rester plus longtemps… Je ne savais pas que je ressentirais cela. Un conseil ? « Je dirais de le faire ! Si tu en as la chance, fais-le ! »

PARTAGEZ

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur reddit
Partager sur skype
Partager sur email