Le prochain chapitre

Ravivons l'espoir et multiplions l'impact en Sierra Leone

Dr Kabba

L’enfance de Dre Sandra Lako, qui a grandi à bord des hôpitaux flottants de Mercy Ships, a été spéciale. Elle n’était qu’une adolescente lorsqu’elle a navigué pour la première fois en Sierra Leone et qu’elle a découvert un pays qui allait décider du cours de sa vie. 

Sandra a quitté le navire-hôpital pour accompagner une équipe médicale qui installait une clinique dans un village à l’extérieur de Freetown, en raison d’une épidémie de rougeole. Sandra a passé la semaine avec les mères qui amenaient leurs enfants malades pour les faire soigner.

« Bien sûr, j’étais une adolescente et je n’avais donc pas les compétences nécessaires pour apporter des soins, mais j’ai pu aider les mères qui donnaient à leurs enfants des liquides pour les réhydrater », se souvient Sandra.
«
Malheureusement, deux enfants sont morts cette semaine-là. Cela m’a vraiment marquée… Ces expériences m’ont poussée à faire des études de médecine. »

Sandra a étudié la médecine aux Pays-Bas, son pays d’origine. Des années plus tard, elle est retournée en Sierra Leone pour participer à l’établissement d’un centre de santé par Mercy Ships à Freetown. Il proposait des interventions réparatrices des fistules obstétricales pour les femmes ayant subi des lésions lors de leur accouchement, ainsi que des services de santé infantile.  

Dix-huit ans plus tard, Sandra se sent toujours chez elle en Sierra Leone. 

Sierra Leone : un pays de résilience

« Ce que j’aime le plus en Sierra Leone, ce sont les gens », confie Sandra. « Ils sont dynamiques, énergiques, accueillants, mais aussi très endurants. Ils ont traversé des périodes difficiles, et c’est tout simplement incroyable de les voir se relever et continuer à aspirer à encore plus. C’est pourquoi je pense qu’il est formidable de pouvoir travailler avec eux et d’être en mesure de faire la différence ensemble. »

Bien que la Sierra Leone ait été confrontée à des défis éprouvants au cours de son histoire récente, comme une guerre civile qui a duré dix ans et l’épidémie d’Ebola qui l’a frappée de plein fouet en 2014, ses habitants ont refusé de laisser ces obstacles définir ce qu’ils sont. Au contraire, Sandra explique que la Sierra Leone – une nation de plus de 8 millions d’habitants – est connue pour son immense optimisme et sa force. Avec ses montagnes et ses plages de sable blanc en toile de fond, la Sierra Leone se distingue également par sa beauté naturelle saisissante. 

Les besoins chirurgicaux en Sierra Leone

Lorsque Sandra a commencé à travailler comme professionnelle de la santé dans le pays en 2005, le taux de mortalité infantile en Sierra Leone était le plus élevé au monde. À l’époque, un enfant sur quatre n’atteignait pas l’âge de 5 ans. La possibilité de contribuer à des soins pédiatriques pour réduire ces chiffres l’a incitée à rester. 

Le paysage des soins chirurgicaux fiables en Sierra Leone s’est amélioré à bien des égards depuis cette époque. Pourtant, le besoin reste incroyablement élevé, tout comme celui de la formation.  

« Il n’y a pas beaucoup de chirurgiens spécialisés en Sierra Leone. Il n’y a actuellement que deux anesthésistes dans le service public. Il est donc vraiment nécessaire de former des professionnels de la santé dans les domaines de la chirurgie et de l’anesthésie, des soins infirmiers, de l’ingénierie biomédicale et du traitement stérile », explique Sandra.  

« Si l’on regarde les estimations mondiales en matière de chirurgie, les besoins non satisfaits dans la région sont vraiment élevés », confirme le Dr Mustapha Kabba, médecin-chef adjoint des services cliniques du ministère de la santé et de l’assainissement de la Sierra Leone. « La Sierra Leone entre certainement dans cette catégorie, car nous n’avons pas assez de spécialistes dans le pays. Nous avons des systèmes de soins de santé primaires qui fonctionnent, mais nous avons vraiment besoin de personnel spécialisé. »

L’un des besoins majeurs concerne les spécialistes en chirurgie maxillo-faciale. Il n’y a actuellement pas un seul chirurgien maxillo-facial en Sierra Leone. Cela signifie que les personnes souffrant d’affections telles que des fentes labiales/palatines ou des tumeurs faciales, par exemple, ont peu de chances de recevoir les soins spécialisés dont elles ont besoin dans le pays. En général, les options qui s’offrent à elles consistent à financer des frais importants de voyage et d’opération à l’étranger – ou alors simplement à vivre indéfiniment avec leur état et ses conséquences. 

Bénévole Sandra Lako

Mercy Ships navigue vers la Sierra Leone

Mercy Ships est heureux d’être invité par le gouvernement de Sierra Leone pour dispenser des soins chirurgicaux dans des spécialités telles que la chirurgie maxillo-faciale, et proposer une formation chirurgicale durable, dans un avenir très proche. En août 2023, le plus grand navire-hôpital civil au monde, le Global Mercy™, entrera dans le port de Freetown. Ce sera la sixième mission de Mercy Ships en 30 ans dans cette nation. 

Au cours de ces décennies, des changements se sont installés – de l’échelle nationale au niveau individuel. Sur le chemin, des partenariats ont ravivé l’espoir et multiplié l’impact, chaque action ayant un effet d’entraînement au fil des ans. 

Rétrospective : un impact multiplié au fil des décennies

Un jeune homme, Patrick Coker, connait Mercy Ships depuis toujours. Il a été opéré pour la première fois à bord d’un de ses navires en Sierra Leone, son pays d’origine, lors de sa première mission en 1992. Patrick a ensuite attendu une dizaine d’années que le navire revienne pour effectuer les opérations de suivi dont il avait besoin. Trois ans plus tard, lorsque Mercy Ships est revenu en 2004, Patrick a décidé qu’il était temps de rendre service après avoir tant reçu. Il est monté à bord comme traducteur, mettant à profit ses compétences linguistiques pour aider d’autres patients à communiquer, à se sentir vus et entendus.  

Aujourd’hui, près de 20 ans après Patrick a été ordonné pasteur et est devenu une voix porteuse d’espoir dans son village.  

À plus grande échelle, les partenariats de Mercy Ships ont eu un impact durable au fil des ans. Après avoir créé un centre de santé dédié aux soins de la fistule obstétricale et à la santé infantile, Mercy Ships a remis l’hôpital – devenu l’Aberdeen’s Women Centre – à la fondation ‘Freedom from Fistula’ à la fin de l’année 2008.  

« Aujourd’hui, ce centre continue encore à fournir des services de qualité en matière d’obstétrique, de pédiatrie et de chirurgie de la fistule aux habitants de la Sierra Leone », déclare Sandra. 

Regarder vers l'avenir en Sierra Leone

Aujourd’hui, de nouveaux partenariats se profilent à l’horizon. Le Dr Kabba fera partie des représentants du ministère de la santé et de l’assainissement du pays qui accueilleront le navire-hôpital au port. En tant que membre clé du gouvernement, le Dr Kabba poursuivra son rôle déterminant pour assurer la continuité du partenariat efficace entre Mercy Ships et la Sierra Leone – le genre de partenariat qui conduira à un changement durable dans les années à venir.  

Dr Kabba

« Le Global Mercy travaille à l’approche la plus durable – il ne s’agit pas seulement d’arriver, de traiter et de repartir, mais aussi de voir comment travailler au mieux avec les ressources locales disponibles pour assurer une certaine forme de présence, même lorsque les navires sont partis, pour assurer le suivi, soutenir les programmes de formation et les institutions telles que l’hôpital Connaught », explique le Dr Kabba.  

« Lorsque le navire arrive avec ses chirurgiens maxillo-faciaux pour aider à soigner des gens, nous voyons cela comme une opportunité pour nos collègues locaux d’apprendre afin que ces connaissances soient également transférées localement – de sorte qu’en l’absence de Mercy Ships, les professionnels puissent continuer à soigner les patients localement. »

Soins chirurgicaux et formation grâce au Global Mercy

Au cours de cette mission, Mercy Ships offrira des interventions chirurgicales qui transformeront la vie de plus de 1 900 patients, dans des spécialités telles que la chirurgie maxillo-faciale, orthopédique, ophtalmique, plastique reconstructive et générale. Aux yeux du Dr Kabba, on ne saurait trop insister sur l’importance de ce type d’interventions chirurgicales. 

« C’est une discipline qui permet de sauver des vies. Les types de chirurgies que vous pratiquez sont principalement liées à des problèmes chroniques où les gens sont affaiblis. Après ces opérations, leur qualité de vie s’améliore considérablement. Les enfants qui ont les jambes arquées, qui sont ridiculisés à l’école, qui ne peuvent pas faire de sport… n’ont plus honte de sortir en public. Les personnes qui souffrent d’une tumeur massive sur le visage ne ressentent plus aucune douleur lorsqu‘elle est enlevée. »

Entre-temps, l’accent mis sur la formation et la promotion de la santé se concrétisera de manière intéressante en Sierra Leone. Au cours des 10 mois de mission, Mercy Ships s’associera à un hôpital gouvernemental pour offrir une formation pratique, où l’équipe médicale bénévole travaillera aux côtés de professionnels de la santé nationaux pour échanger des connaissances et des pratiques. Cette approche collaborative de la formation offrira des opportunités parallèles de croissance et d’apprentissage. 

« Il y a un proverbe africain qui m’a toujours frappé : Si tu veux aller vite, vas-y seul. Si tu veux aller loin, allons-y ensemble. Pour moi, c’est l’illustration même dun partenariat », témoigne Sandra. « Et en tant que Mercy Ships, nous voulons vraiment travailler aux côtés de nos partenaires pour renforcer l’écosystème chirurgical en Sierra Leone. Je suis ravie que nous puissions participer à la formation des Sierra-Léonais et leur permettre de pratiquer des interventions chirurgicales pour leurs concitoyens. C’est à cela que ressemble l’impact multiplicateur. »

Sierra Leone

Dans quelques semaines, le Global Mercy naviguera pour la première fois en Sierra Leone. Restez à l’écoute pour voir l’espoir et l’impact en action !

Autres articles

Patient Vanya

Retrouver Vanya, des années après l’opération

En 2015, dans une salle d’opération à bord de l’Africa Mercy, à quai à Madagascar, le cours de la vie de Vanya a changé.
Des années se sont écoulées depuis le voyage de Vanya vers la guérison. Depuis, sa meilleure capacité à marcher lui a permis de retourner à l’école, où elle aimait étudier les sciences de l’environnement et découvrir le monde qui l’entoure.